Le premier tramway autonome testé en Allemagne par Siemens

C’est dans la ville allemande de Potsdam que Siemens vient d’entamer les essais en conditions réelles du tout premier tramway autonome qui reprend dans son principe les mêmes équipements et algorithmes qu’une voiture autonome. La mise en service commerciale n’est pas encore prévue pour le moment.

Avant que les voitures autonomes ne s’imposent sur les routes, d’autres moyens de transport sans chauffeur devraient émerger. Ce sera le cas notamment dans le ferroviaire avec des trains autonomes, pour le transport de fret avec des camions ou de passagers avec des bus et des navettes autonomes. Bien que moins répandu, le tramway est un transport en commun qui se prêterait aussi parfaitement à l’automatisation.

Et justement, Siemens Mobility vient d’en apporter la démonstration en réalisant un essai du tout premier tramway autonome au monde. Cela s’est passé en fin de semaine dernière à Potsdam en Allemagne. Un tramway Siemens Combino équipé pour la conduite autonome a parcouru une section de six kilomètres qui lui était réservée sur le réseau de la ville.

À bord, un chauffeur présent en cabine en cas d’urgence et des journalistes. D’un point de vue technique, les équipements de ce tramway sont similaires à ceux d’une voiture autonome (lidar, radars ultrason, caméras), le tout contrôlé par des algorithmes. Une équipe de 50 informaticiens, ingénieurs, mathématiciens et physiciens a travaillé sur ce projet, nous apprend la journaliste du Guardian qui a pu voyager à bord du tramway autonome.

Le tableau de bord du système de conduite autonome du tramway Siemens. © Siemens Mobility

Que vont devenir les conducteurs de tramways ?

Le court voyage s’est déroulé sans encombre, ce qui est déjà une belle réussite technique si l’on pense aux nombreux facteurs de risques auxquels un tramway est exposé : piétons traversant à l’improviste, cyclistes et autres deux-roues empruntant ses voies de façon plus ou moins prudente, cohabitation avec le trafic routier. Le système de conduite automatique réagit à la signalisation, aux arrêts et peut évidemment faire face à une situation d’urgence. Pour en faire la preuve, Siemens a simulé l’arrivée inopinée sur la voie d’un piéton menant une poussette qui fut immédiatement détecté par le tram qui s’est alors immobilisé.

Pour le moment, ce tramway a une vocation de recherche et développement, Siemens précisant qu’il n’a aucun projet commercial dans l’immédiat. Mais il est assez clair qu’une fois fiabilisée, une telle technologie pourrait être rapidement déployée dans les villes dotées d’un réseau de tramways. Ce qui pose la question du devenir des conducteurs qui pourraient voir leur emploi menacé dans un avenir pas si lointain.

Interrogée à ce sujet par la journaliste du Guardian, ViP, la régie de transport de Potsdam qui a participé à l’expérimentation, se veut rassurante. Elle explique que les conducteurs seraient affectés à d’autres tâches d’encadrement des passagers et que le déploiement d’un tel système n’entraînerait aucune suppression d’emplois.

Source : Le premier tramway autonome testé en Allemagne par Siemens

Des constructeurs d’autobus électriques s’entendent sur une interface commune pour la charge

Les constructeurs européens Irizar, Solaris, VDL et Volvo ont conclu un accord pour assurer l’interopérabilité de leurs autobus électriques au moyen de l’infrastructure de charge fournie par ABB, Heliox et Siemens. Leur objectif est de faciliter l’introduction de systèmes d’autobus électriques dans les villes européennes.

Source : Des constructeurs d’autobus électriques s’entendent sur une interface commune pour la charge

Amiens : Une imitation des bus électriques de Göteborg?

Le projet de bus électrique à Amiens étant ouvert à la concurrence, des élus de la Métropole ont découvert le modèle de Volvo expérimenté à Göteborg, en Suède. Amiens et Métropole.

Source : AMIENS Une imitation des bus électriques de Göteborg?

Rouen : Siemens va équiper les bus de la ligne T4 de son système de guidage aux arrêts

Optiboard, la solution de guidage des bus aux arrêts développée par Siemens, a été retenue par la métropole de Rouen pour équiper les véhicules de sa future ligne de Bus à haut niveau de service (BHNS) T4. Reste maintenant à choisir le constructeur de bus.

Extrait : Optiboard est une évolution du système Optiguide développé par Siemens depuis des années et qui équipe déjà les bus des autres lignes Teor de Rouen ou de lignes BHNS comme Tango+ à Nîmes. Mais au contraire d’optiguide, Optiboard qui est une solution plus simple, n’est pas soumis aux lourdes règles du décret relatif à la sécurité des transports guidés (STPG n°2003-425). Optiboard assiste le conducteur “qui garde les mains sur le volant”, mais ne se substitue pas à lui.

Source : Rouen : Siemens va équiper les bus de la ligne T4 de son système de guidage aux arrêts