Urban access across the globe: an international comparison of different transport modes

Urban Access Across the Globe: An International Comparison of Different Transport Modes.

This impressive study by an international team of researchers, measured the number of jobs accessible within 30 minutes for four travel modes in 117 cities from 16 countries. They find that sprawled America cities provide modest automobile access and relatively poor transit and walking access; Australian and Canadian cities have lower automobile access, but better transit access; while Chinese and European cities tend to have the best overall accessibility due to their combination of compact development and intensive transport network. This indicates that access requires optimal combinations of density and mobility.

Source : Urban access across the globe: an international comparison of different transport modes – s42949-021-00020-2.pdf

Internet des objets, impression 3D, robotique : des technologies davantage utilisées par les grandes sociétés

En 2020, 10 % des sociétés de 10 personnes ou plus utilisent des systèmes interconnectés. Cela est plus fréquent dans les grandes sociétés (29 %) et dans le secteur des transports (16 %). Les capteurs de suivi ou d’entretien des véhicules ou des produits sont les plus utilisés, 38 % des sociétés qui ont recours aux systèmes interconnectés en sont équipées. Ils vont souvent de pair avec une utilisation accrue de cloud computing et de big data.

Comme deux ans auparavant, 4 % des sociétés utilisent l’impression 3D. Cette part s’élève toutefois à 17 % pour les sociétés de 250 salariés ou plus. Ces dernières recourent plus souvent aux imprimantes de la société (14 %) qu’aux services d’une filiale ou d’un prestataire (8 %).
Les produits de l’impression 3D sont plus souvent utilisés en interne (79 %) que vendus (48 %), et sont plus fréquemment des prototypes ou des maquettes (84 %).

8 % des sociétés utilisent un robot, et deux fois plus souvent un robot industriel qu’un robot de service. Le recours aux robots industriels est logiquement concentré dans l’industrie.

Source : Internet des objets, impression 3D, robotique : des technologies davantage utilisées par les grandes sociétés – Insee Première – 1854

Retour sur l’incendie des serveurs d’OVH : la sobriété numérique est-elle possible ?

Comme vient tout juste de s’en rendre compte Elon Musk, le fantasque patron de Tesla, l’empreinte énergétique des activités numériques a de quoi faire peur. Que ce soit pour « miner » du Bitcoin ou conserver des milliards de clichés de chatons-trop-mignons, il faut des matériaux et beaucoup d’électricité ! La dématérialisation des réseaux n’est ainsi qu’un fantasme, rappelle Marc Bidan qui, dans notre chronique « l’environnement autrement », revient sur les leçons de sobriété que nous pourrions tirer de l’incendie qui a récemment touché un des data centers de l’entreprise française OVH.

Source : Retour sur l’incendie des serveurs d’OVH : la sobriété numérique est-elle possible ?

Voir notamment : L’enjeu ici n’est pas tant de repenser ces infrastructures que la production des données. Ce qui nous amène à de nouvelles questions : quand penserons-nous la mortalité des données (leur durée de vie) ? Quand envisagerons-nous de ne pas produire de données, qui demeurent dans la plupart des cas bien inutiles, insipides et inexploités.

Ile-de-France Mobilités signe avec Doppelmayr

Île-de-France Mobilités, l’autorité en charge des transports de la région Île-de-France, a signé un contrat de 110 M€ avec le groupement constitué de Doppelmayr France SAS (mandataire), Spie Batignolles GC, France Travaux, Egis Rail, et Atelier Schall, pour la conception, la réalisation et la maintenance du Câble A.

Le premier téléphérique d’Île-de-France reliera Créteil à Villeneuve-Saint-Georges via Limeil-Brévannes et Valenton. Il desservira directement plus de 20 000 habitants et 6 000 emplois en apportant une réponse concrète et innovante aux difficultés quotidiennes de déplacements des habitants de ces communes du Val-de-Marne.

L’objectif fixé au groupement est un démarrage des travaux en 2022 pour une mise en exploitation grand public mi-2025.

Cette liaison par câble constitue un transport en commun à part entière et sera articulé avec les autres modes de transports dont le réseau de métro francilien à Créteil (ligne 8) et intégré à la tarification francilienne sans aucune différence avec une ligne de tram, de bus ou de métro.

La liaison en transport par câble présente une longueur totale de 4,5 km environ et comporte cinq stations.

A la mise en service, environ 1 600 passagers à l’heure de pointe et par direction pourront prendre place dans des cabines confortables et sécurisés de 10 places assises.

La fréquence de passage entre chaque cabine sera inférieure à 30 secondes. Le temps du voyage d’un bout à l’autre de la ligne sera d’un peu moins de 17 minutes en heure de pointe.

Source : Ile-de-France Mobilités signe avec Doppelmayr

La culture du service gagne les réseaux de transport public européens

La question de la qualité de service est de première importance pour le public, notamment depuis l’explosion des services de mobilité liés au numérique, traduisant des attentes fortes pour une mobilité fluide, choisie, confortable et sûre. Alors que l’autorité organisatrice Île-de-France mobilités entame un nouveau cycle de renouvellement des contrats pluriannuels avec les exploitants, comment la qualité est-elle abordée dans les autres grands réseaux européens ?

Source : La culture du service gagne les réseaux de transport public européens

Rapport : La culture du service gagne les réseaux de transport public européens

Namur inaugure un téléphérique signé Poma

Inauguré le 8 mai 2021, Le téléphérique de Namur reliera désormais le centre historique au site classé de la Citadelle de Namur.

Ce nouveau projet, réalisé par POMA et ses partenaires Labellemontagne et Franki, offre un nouveau point de vue sur la ville belge tout en renforçant son attractivité touristique.

POMA signe ici sa toute première réalisation en Belgique. C’est également la première concession touristique signée par POMA en Europe.

Les deux trains de trois cabines Diamond 6 places circuleront à 6 m/s en ligne pour ralentir en station et accueillir tous les publics : piétons, poussettes, vélos, PMR.

Le téléphérique de Namur permettra également aux résidents des quartiers de la citadelle de rejoindre le centre-ville en 4 minutes. Il sera également bénéfique aux riverains dans leurs déplacements quotidiens grâce à des horaires élargis.

Source : Namur inaugure un téléphérique signé Poma

Les horaires flexibles renforcent la congestion

Ça va de soi : en recourant aux horaires flexibles en entreprise, on étale, ou plutôt on étire les pointes horaires, et on soulage ainsi les routes ou les transports publics. Ça va de soi, sauf que c’est faux. Emmanuel Munch, enseignant-cher- cheur à l’Ecole d’urbanisme de Paris a épluché la dernière Enquête nationale transports et déplacements ( 2008). Et il a fait, explique-t-il au Forum Vies Mobiles, « un constat de prime abord paradoxal ». En Ile-de-France au moins, les travailleurs qui peuvent choisir leurs horaires arrivent au bureau à l’heure de pointe, plus encore que ceux dont l’horaire est fixé par l’employeur.

graphique horaire

Source : Les horaires flexibles renforcent la congestion – Ville, Rail et Transports

et Forum Vies Mobiles.org

L’évolution de la Terre en accéléré

Une nouvelle fonctionnalité intégrée à Google Earth, le service de Google permettant de voir la Terre via des photographies aériennes et satellitaires, montre l’évolution d’une zone donnée sur les 40 dernières années. Une playlist de près de 300 vidéos en accéléré éditée par Google sur YouTube propose de visualiser par exemple l’urbanisation de Pékin, en Chine, ou encore la fonte des glaces en Antarctique

Source : Google Earth

Neutralité carbone des villes : le vélo 10 fois plus efficace que la voiture électrique

Extraits :

Dans une nouvelle étude publiée en avril 2021, mes collègues et moi-même avons identifié que les personnes marchant ou faisant du vélo ont une empreinte carbone plus faible lors de leurs déplacements quotidiens, notamment en ville.

[…]

Nous avons suivi 4 000 personnes environ, vivant à Londres, Anvers, Barcelone, Vienne, Orebro, Rome et Zurich. Pendant deux ans, nos participants ont rempli quelque 10 000 carnets de voyage. Ils y ont consigné tous leurs déplacements quotidiens : se rendre au travail en train, emmener les enfants à l’école en voiture, prendre le bus, etc.

Pour chaque trajet, nous avons calculé l’empreinte carbone.

Un résultat nous a plus particulièrement frappés : les personnes qui se déplaçaient quotidiennement à vélo émettaient 84 % moins de carbone que les autres.

Nous avons également constaté que pour une personne passant de la voiture au vélo un seul jour par semaine, la réduction de son empreinte carbone atteignait les 3,2 kg de CO2 ; cela équivaut aux émissions générées par une voiture parcourant 10 km, une portion d’agneau ou de chocolat ou l’envoi de 800 e-mails.

Source : Neutralité carbone des villes : le vélo 10 fois plus efficace que la voiture électrique

Rapport d’étude : The climate change mitigation effects of daily active travel in cities et direct.

Modifier la langue des commentaires dans Word

  • Affiche le volet des styles
  • Clique dans un commentaire
  • En bas du volet des styles, clique sur le 3e bouton (Gérer les styles)
  • Sous l’onglet Modifier, le style Commentaire doit être automatiquement sélectionné
  • Clique sur le bouton Modifier
  • Dans la boîte de dialogue Modifier le style, en bas à gauche, clique sur le bouton Format, puis sur Langue
  • Choisis la langue pertinente
  • OK, OK, OK

Source : Modifier la langue des commentaires dans Word [Résolu] – Comment Ça Marche

Le trolleybus, véhicule d’avenir du Sytral

Avec l’inauguration du premier trolleybus articulé dernière génération de Hess, ce 26 avril, le Sytral préfigure l’arrivée prochaine de nombreux véhicules de ce type sur le réseau lyonnais. Une consultation a été lancée pour une prochaine commande de plus de 100 trolleybus.

Source : Le trolleybus, véhicule d’avenir du Sytral

The Next Great Disruption Is Hybrid Work—Are We Ready?

Comment ça se passe, le travail à distance ? Pour le savoir, Microsoft a interrogé 30 000 personnes dans 31 pays, et analysé (espionné, si vous préférez) votre activité sur Teams, Office et LinkedIn. Le résultat est fascinant.

Alors que le “travail hybride” est là pour durer (73% des employés le souhaitent, et 66% des patrons repensent/réduisent leurs bureaux), tous les voyants sont au rouge. La productivité est bonne, mais au prix d’un épuisement général des salariés, surtout des plus jeunes. Et si nous communiquons toujours avec nos équipes immédiates, nos réseaux se sont rétrécis, ce qui compromet le lien social et l’innovation.

Que font les big boss ? Rien — ils sont totalement déconnectés. 61% se disent en grande forme, alors que 60-67% des employés nouveaux, jeunes, ou célibataires trouvent que c’est très dur. 41% des salariés envisagent de démissionner. Et un sur 6 dit avoir pleuré avec un collègue cette année (en Teams, donc…)

Bref, les données confirment ce qu’on soupçonnait : nos organisations vivent sur leur acquis. Elles maintiennent le quotidien, “télérobuste”, mais sacrifient tout ce qui sert à préparer l’avenir, plus “téléfragile”. Il va falloir être très créatif pour inventer le travail hybride de demain !

Source : The Next Great Disruption Is Hybrid Work—Are We Ready?

A quoi sert PowerQuery : 5 mns pour comprendre l’extraordinaire potentiel en gains de productivité

Vidéo de présentation : A quoi sert PowerQuery : 5 mns pour comprendre l’extraordinaire potentiel en gains de productivité – XLérateur

et aussi : https://powerquery.microsoft.com/en-us/

Pourquoi les vidéo-conférences vous épuisent-elles tellement ?

Et d’abord, vous épuisent-elles plus ou moins que la moyenne ? Grâce à cinq chercheurs de Stanford, vous pouvez le mesurer ici sur la ZEF Scale (“échelle d‘épuisement et de fatigue de Zoom” – ils ont dû apprécier, chez Zoom.)

Mais tout ça ne dit pas pourquoi les Zoom vous fatiguent. Explication de nos chercheurs : les vidéoconférences posent 4 problèmes à notre vieille psychologie de primates.

Un : le “eye contact” en gros plan évoque une situation de conflit intense (deux secondes avant que le Neandertal d’en face ne vous éclate la tête.) Deux : se voir dans le miroir tout le temps est stressant (p…, ce bouton sur le nez.) Trois : le champ de vision restreint de la caméra nous cloue sur place et nous prive de mouvement physique. Quatre : l’effort pour recréer de la communication non verbale est épuisant (pour qu’on vous voie hocher la tête, il faut la secouer comme un maniaque).

D’où des solutions toutes simples : réduire la taille des fenêtres, désactiver l’image de vous-même, et passer en “audio seul” de temps en temps. Et, évidemment, faire moins de Zooms… mais pour ça, bon courage !

Source : Nonverbal Overload: A Theoretical Argument for the Causes of Zoom Fatigue · Volume 2, Issue 1 et Time To Sign Off