Un téléphérique saisonnier pour un vrai enjeu d’attractivité touristique : Huy, Belgique

Inscrite dans le cadre d’un plan d’investissement et de
renforcement de l’activité touristique mené par la ville de Huy, la construction du nouveau téléphérique est un levier majeur pour accueillir les 70 000 touristes annuels.

Revisitant le design historique du téléphérique, les 2 nouvelles cabines de 15 places ont été dessinées pour permettre une vue panoramique à bord. 100% automatisé, le téléphérique permettra une gestion optimale des horaires et des départs permettant de sécuriser un taux de disponibilité supérieur à 99% tout en assurant l’assistance du futur exploitant dans la prise en main de cette nouvelle solution de transport fiable et sécuritaire.

Source : MND Ropeways : un telephérique saisonnier pour un vrai enjeu d’attractivite touristique

voir aussi : Téléphérique de Huy : héliportage des matériaux sur le site du chantier

Transdev exploitera le premier téléphérique d’Ile-de-France

Le gain du contrat d’exploitation du câble C1, qui doit relier les villes de Créteil à Villeneuve-Saint-Georges en desservant Valenton et Limeil-Brévannes en Ile-de-France, est particulièrement savouré par Transdev : contrairement aux autres lots, qui font l’objet d’une redistribution entre opérateurs suite à l’ouverture à la concurrence des réseaux de bus en grande et moyenne couronne, entamée depuis 2021, ce sera le premier téléphérique d’Ile-de-Franee et une jolie vitrine pour la filiale de la Caisse des dépôts (66 %) et de l’allemand Rethmann (34 %).

Source : Transdev exploitera le premier téléphérique d’Ile-de-France – Ville, Rail et Transports

Hyperloop : les rêves de vitesse à l’épreuve

Au début de son premier mandat en 2009, le président des États-Unis Barack Obama soutient le projet d’une ligne ferroviaire à grande vitesse entre Los Angeles et San Francisco. Face à des coûts de réalisation jugés exorbitants (estimés de l’ordre de 50 à 60 milliards de dollars à l’époque), le célèbre homme d’affaires Elon Musk se montre sceptique. En 2013, il propose de substituer au projet un nouveau système qu’il nomme « Hyperloop alpha ». Des petites capsules de 2,20 mètres de diamètre qui circuleraient dans deux tubes aériens, sous vide, à plus de 1 200 km/h pour un investissement initial estimé à 10 milliards de dollars.

Séduites par ce scénario futuriste, de nombreuses start-up ont tenté de concrétiser l’idée. Près d’une décennie plus tard, les avancées restent cependant limitées.

Source & suite : Hyperloop : les rêves de vitesse à l’épreuve

Trains gratuits en Espagne : quel bilan ?

Depuis trois mois, les équivalents des TER et RER sont gratuits en Espagne. Mais c’est surtout la « loi sur la mobilité durable » du pays, approuvée par les ONG, qui soulagera le climat.

Source : Trains gratuits en Espagne : quel bilan ?

Lille met en place le premier péage positif de France : les automobilistes qui ne rouleront plus aux heures de pointe

La ville de Lille lance une expérimentation visant à inciter les automobilistes à se déplacer autrement qu’avec leur voiture afin de réduire les embouteillages dans la mégalopole européenne.

Dès le mois de septembre, les automobilistes qui feront l’effort de faire du covoiturage ou qui prendront les transports en commun pourront être récompensés d’un bonus de deux euros pour chaque trajet évité. Une limite de 80 euros par mois est cependant prévue.

Approuvée le vendredi 16 décembre par le conseil métropolitain, la mise en place de cet “écobonus” est une première en France. Présenté comme une solution “anti-embouteillages”, le projet s’inspire des mesures qui ont été prises à Rotterdam, aux Pays-Bas.

Ce péage positif va être établi sur l’A1 et l’A23, deux autoroutes particulièrement fréquentées dans l’agglomération grâce à une lecture automatisée des plaques d’immatriculation. Les volontaires ont jusqu’au mois de mars pour s’inscrire. Leur candidature sera ensuite vérifiée et validée en fonction de leurs trajets quotidiens. “On cible les autosolistes”, a souligné le président de la MEL Damien Castelain. Le dispositif vise surtout à motiver les automobilistes à changer leurs habitudes de transports en les incitant à faire du covoiturage ou à rouler à des heures creuses.

5000 automobilistes devraient être inscrits durant l’été 2023 pour un premier programme de neuf mois. La mégalopole de Lille a déclaré dans son communiqué qu’elle espérait une diminution du trafic de 750 véhicules sur les 12.000 présents sur l’A1 le matin aux heures de pointe. Le projet, prévu pour une durée de trois ans, devrait coûter plus de neuf millions d’euros.

Source : La Libre

Plans piétons : vers des villes plus marchables – retour sur un rendez-vous mobilités

Le 13 octobre 2022, le Cerema et le Club des villes et territoires cyclables et marchables (CVTCM) ont consacré un rendez-vous mobilités au sujet des plans piétons. De plus en plus de grandes collectivités, mais aussi des petites villes, élaborent des plans piétons, des stratégies marche ou des schémas directeurs d’itinéraires piétons. Ces différents documents montrent une diversité d’outils, d’enjeux et de manières d’aborder les actions visant à rendre les villes plus marchables.
500 participants ont pu échanger autour de retours d’expériences de collectivités. Découvrez sur cette page l’ensemble des contenus de cet événement !

Source : Plans piétons : vers des villes plus marchables – retour sur un rendez-vous mobilités | Cerema

Forum Vies Mobiles | Préparer la transition mobilitaire

Rendre les transports en commun gratuits, l’idée fait son chemin. À la fin de l’année 2021, 36 agglomérations s’y étaient converties en France. Ses partisans défendent ses bienfaits en termes d’égalité et de report modal, tandis que ses détracteurs en dénoncent le coût et des résultats jugés incertains. Mais que nous révèle le terrain ? Quels sont les problèmes qui émergent, et quelles sont les solutions ? Arnaud Passalacqua, membre de l’Observatoire de la gratuité, et Philippe Duron, président de TDIE, débattent ici sur la validité de la gratuité des transports comme réponse aux défis contemporains de la mobilité.

Source : Forum Vies Mobiles | Préparer la transition mobilitaire

Dans les transports publics, la fréquentation retrouve un niveau “presque normal”

La fréquentation des transports publics évolue favorablement. « Les niveaux de fréquentation sont bien remontés : à plus de 95 %, on a presque retrouvé les niveaux d’avant-Covid« , a indiqué, lors de la présentation de la semaine de la mobilité à partir du 16 septembre, Marie-Ange Debon, la présidente de l’UTP, également présidente du directoire de  Keolis. « C’est plutôt encourageant, même si le télétravail, qui est maintenu souvent à temps partiel dans de nombreuses entreprises franciliennes, freine le retour au taux de fréquentation de 2019 ». Au printemps dernier, la fréquentation était de seulement 80 % du niveau d’avant la crise en Ile-de-France, et avoisinait 85 % ailleurs.

Source : Dans les transports publics, la fréquentation retrouve un niveau “presque normal” – Ville, Rail et Transports

L’engagement continu d’Elisabeth Borne en faveur du vélo

Longtemps considéré avec dédain, le vélo s’impose au plus haut niveau de l’Etat, grâce à sa mise en avant par la Première ministre: quatre ans après avoir lancé un premier plan vélo, lorsqu’elle était ministre des Transports, Elisabeth Borne continue à s’y intéresser puisqu’elle a elle-même annoncé, le 20 septembre, un nouvel effort en faveur de la petite reine. Le gouvernement va reconduire, a-t-elle expliqué, le fonds mobilités actives, en le dotant de 250 millions d’euros pour l’année 2023 : 200 millions d’euros seront dédiés aux infrastructures et 50 millions d’euros au stationnement.

Source : L’engagement continu d’Elisabeth Borne en faveur du vélo – Ville, Rail et Transports

Inclusivité : la dernière roue du MaaS ?

L’essor du MaaS porte de nombreux espoirs d’une mobilité plus fluide et plus durable. Mais fluide et durable pour qui ? Cette tribune interroge les enjeux sociaux soulevés par le développement du MaaS, la digitalisation et la dématérialisation des services de transport.

35 % des Français ne sont pas à l’aise avec le numérique. Si on s’intéresse plus précisément au smartphone, 16 % de la population ne possède pas de smartphone et 27 % n’utilise pas de smartphone quotidiennement2. Une solution d’inclusion au MaaS en dehors du smartphone devrait donc être envisagée pour cette part non négligeable de la population.

Source : Inclusivité : la dernière roue du MaaS ? – Ville, Rail et Transports

Replica (Google) collecte des données de localisation mobile pour modéliser les déplacements urbains

Replica est la dernière-née du Sidewalk Labs, la division smart city de Google. L’entité formée il y a deux ans a annoncé jeudi 12 septembre 2019 avoir réalisé une première levée de fonds et devenir désormais une société à part entière. Son créneau ? Aider les entités publiques à mieux comprendre les déplacements des personnes et des biens.

Source : Replica (Google) collecte des données de localisation mobile pour modéliser les déplacements urbains

Des autoroutes à caténaires pour un transport routier moins polluant ?

Et si l’on rendait les autoroutes électriques pour en limiter les pollutions ? Alors que diverses solutions sont à l’étude pour faire baisser les émissions de GES, l’Allemagne teste des autoroutes à caténaire pour les poids lourds. Ces derniers sont sans conteste les véhicules les plus polluants au sein du trafic routier.

Source : Des autoroutes à caténaires pour un transport routier moins polluant ?

Comment l’Autriche a fait renaître les trains de nuit en Europe

En 2017, l’Autriche était la seule à croire encore au train de nuit. Cinq ans plus tard, le pari est gagné. Mais la locomotive autrichienne a désormais besoin d’un appel d’air européen pour passer un nouveau cap.

Source : Comment l’Autriche a fait renaître les trains de nuit en Europe | Alternatives Economiques

Signalisation routière : plusieurs adaptations sont prises pour améliorer la sécurité

Un arrêté du 13 juin comprend plusieurs modifications de la signalisation routière qui visent à améliorer la sécurité des usagers de la route et la sécurité des agents de la route, à adapter la signalisation à certaines contraintes des gestionnaires de voirie, des opérateurs de transports et des fabricants. Ces modifications concernent :

  • la création d’un feu mixte piéton-cycle R12m pouvant être utilisé comme signalisation spécifique au sens de l’article R. 412-30 du code de la route, dans les cas où il existe une piste cyclable traversant la chaussée, parallèle et contiguë à un passage piéton dont le franchissement est réglé par des feux de signalisation lumineux ;
  • la possibilité d’utiliser, en complément des feux piétons R12, des décompteurs de temps pour piétons, afin d’informer les piétons du temps restant de vert ou de rouge piéton ;
  • la possibilité d’ajouter, sur certains passages à niveau équipés de feux R24 dont la visibilité est limitée, un ou plusieurs feux R24 supplémentaires pour en améliorer la visibilité ;
  • la création d’un panneau d’information relatif au respect des distances de sécurité en tunnel ;
  • les conditions d’implantation de la signalisation des zones à faibles émissions mobilité ;
  • l’identification, parmi la signalisation d’information locale existante, de la signalisation directionnelle à usage des piétons (nouvelles nomenclatures Dp29 et Dp43) ;
  • la prise en compte, dans l’écriture des mentions de pôle, du cas particulier des zones portuaires ;
  • l’élargissement des dimensions possibles des panneaux de grande taille, pour mieux tenir compte de leurs contraintes de fabrication ;
  • la précision des prescriptions de panneaux applicables aux tramways, au sens de l’article R. 110-3 du code de la route ;
  • la possibilité, pour la flèche lumineuse de rabattement embarquée sur un véhicule ou une remorque, d’être décentrée par rapport aux roues de la remorque.

Source : Signalisation routière : plusieurs adaptations sont prises pour améliorer la sécurité

Trains, bus, métros : l’Allemagne teste les transports quasi gratuits

L’Allemagne instaure un ticket unique à 9 euros par mois jusqu’au 31 août dans les transports en commun (sauf les trains grandes lignes). Cette mesure de soutien du pouvoir d’achat vise aussi à réduire l’usage de la voiture.

Source : Trains, bus, métros : l’Allemagne teste les transports quasi gratuits

Contre les canicules, comment rafraîchir les villes

Les vagues de chaleur, qui se multiplient, sont exacerbées en milieu urbain. Les solutions pour rendre nos villes moins étouffantes sont connues mais pas encore pleinement mises en œuvre.

Source : Contre les canicules, comment rafraîchir les villes | Alternatives Economiques