Des automobilistes « payés » pour ne pas circuler aux heures de pointe

A Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), des automobilistes vont être ‘récompensés’ s’ils laissent leur voiture au garage aux heures de pointe, a appris l’AFP auprès de la Société du Grand Paris (SGP) et de l’entreprise d’ingénierie Egis. L’objectif de cette expérimentation est de ‘retirer 5 à 8% de voitures du trafic sur un axe congestionné’.

Source : Des automobilistes « payés » pour ne pas circuler aux heures de pointe

Test : Bordeaux ouvre un couloir de bus aux covoitureurs

La métropole de Bordeaux expérimente, depuis le 23 janvier, une signalisation routière qui permet aux covoitureurs d’emprunter un couloir de bus sur 1,2 kilomètre à Mérignac. L’objectif ? Encourager le covoiturage et donc réduire le trafic sur un axe très fréquenté par les salariés de la zone aéroportuaire.

Source : Test : Bordeaux ouvre un couloir de bus aux covoitureurs

La plate-forme open data de Transdev ambitionne de devenir le Wikipédia de la donnée de transport

Dans une interview au site de La Gazette, le directeur de la performance et du digital de Transdev, Yann Leriche, présente la plate-forme open data du groupe. Cet outil a vocation à donner accès à l’ensemble des données de mobilité des opérateurs publics comme privés au niveau mondial.

Source : La plate-forme open data de Transdev ambitionne de devenir le Wikipédia de la donnée de transport

+ accès direct : Catalogue

L’Allemagne construit la plus grande autoroute cyclable du monde

Alors que l’Allemagne réalise la plus grande autoroute cyclable au monde, la Norvège y pense et le Danemark et les Pays-Bas en sont déjà dotés. La densité de l’habitat, l’engorgement des routes et la popularité du vélo électrique attirent de plus en plus de personnes vers ce mode de transport à longue distance.

Source : L’Allemagne construit la plus grande autoroute cyclable du monde

Répartition de la compétence « transport » entre collectivités territoriales – Gart

Les autorités organisatrices de la mobilité

L’ancienne autorité organisatrice de transport urbain (AOTU) est devenue, depuis l’adoption de la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) du 27 janvier 2014, l’autorité organisatrice de la mobilité (AOM).

Son ressort territorial correspond au périmètre de l’intercommunalité qui exerce la compétence mobilité. Certaines communautés exercent cette compétence de manière obligatoire – métropoles, communautés urbaines et communautés d’agglomération –, les communautés de communes peuvent, selon le souhait de leurs membres, choisir de ne pas se doter de cette compétence ou l’exercer en tout ou partie.

Aux termes des dernières lois adoptées, la compétence mobilité exercée par les AOM comprend :

Des missions obligatoires

  • L’organisation des services réguliers de transport public urbain et non urbain de personne ;
  • Le développement des modes de déplacement terrestres non motorisés et des usages partagés des véhicules terrestres à moteur ;
  • Les plans de déplacements urbains – obligatoires seulement pour les AOM de plus de 100 000 habitants ;
  • L’élaboration d’outils d’aide aux décisions publiques et privées ayant un impact sur les pratiques de mobilité – obligatoire uniquement pour les AOM de plus de 100 000 habitants ;
  • La mise en place d’un compte relatif aux déplacements présentant les différentes pratiques de mobilité dans l’agglomération et dans son aire urbaine, les coûts pour l’usager et la collectivité – obligatoire uniquement pour les AOM de plus de 100 000 habitants ;
  • La mise en place d’un service d’information aux usagers – obligatoire uniquement pour les AOM de plus de 100 000 habitants ;
  • La mise en place d’un service de conseil en mobilité.

Des missions facultatives

  • L’organisation de transport à la demande (TAD) ;
  • La réduction de la congestion urbaine et de la pollution, par la mise en place d’un service public de marchandises et de logistique urbaine ;
  • L’organisation de l’activité d’autopartage ;
  • La mise en place d’actions visant à favoriser le covoiturage ;
  • L’organisation d’un service public de location de bicyclettes.

Les départements

Le département était autorité organisatrice de transport jusqu’au 1er janvier 2017 pour les transports interurbains et le restera jusqu’au 1er septembre 2017 pour les transports scolaires. Aux termes de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) du 7 août 2015 après ces deux dates, la compétence transport des départements sera exercée par les régions. Le département est compétent pour l’organisation de ces transports sur l’intégralité de son périmètre en dehors des ressorts territoriaux des autorités organisatrices de la mobilité.

Même après les échéances fixées par la loi NOTRe, le département restera compétent pour organiser et financer le transport des élèves souffrant d’un handicap. Cette compétence départementale fixée par l’article L. 213-11 du code de l’éducation, résulte d’une volonté du législateur qui, en 1983, a transféré aux départements les ressources liées à la prise en charge des frais de transport scolaire des élèves et étudiants souffrant d’un handicap.

Lors de l’adoption de la loi NOTRe, le législateur n’a pas souhaité remettre en cause cette mission qu’il a clairement rattaché à la compétence sociale des départements. Ce qui signifie que cette compétence ne sera pas transférée aux régions en même temps que le transport scolaire interurbain.

Les régions

La région est l’autorité organisatrice du transport collectif d’intérêt régional. Ses compétences présentent la particularité de s’étendre au rail et à la route.

La compétence ferroviaire des régions
Cette compétence a été attribuée aux régions dans le cadre de la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) du 13 décembre 2000. Depuis le 1er janvier 2002, les régions ont donc la charge de l’organisation et du financement des services ferroviaires régionaux de voyageurs et des services routiers effectués en substitution de ceux-ci. Dans le respect d’un système ferroviaire cohérent et unique dont l’État reste le garant et la SNCF l’exploitant, les régions peuvent fixer les tarifs des services ferroviaires dans le respect des principes du système tarifaire national de la SNCF.

La compétence transports interurbains des régions
Outre les transports routiers organisés en substitution aux services ferroviaires, les régions sont les autorités organisatrices des transports interurbains depuis le 1er janvier 2017 – et le deviendront le 1er septembre prochain à l’égard des transports scolaires interurbains – en lieu et place des départements.

La région chef de file des transports
Avec l’adoption de la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM), le législateur a fait de la région le chef de file de l’intermodalité et de la complémentarité entre les modes de transports. En tant que tel, l’échelon régional est désormais chargé de coordonner son action avec celle des autorités organisatrices de la mobilité (AOM) et de définir des règles générales relatives à l’intermodalité entre les services publics de transport et de mobilité dans le cadre du schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET).

Source : Répartition de la compétence « transport » entre collectivités territoriales – Gart

STRMTG – Publication Guide Fonction de veille des tramways – Gart

Le guide « Fonction de veille des tramways » a été concerté lors d’une réunion rassemblant exploitants, AOT et constructeurs.

Les préconisations définies dans le présent guide s’appliquent à tout nouveau matériel roulant de tramway sur fer ou pneus ainsi qu’aux tram-trains dès lors qu’ils sont amenés à circuler dans un environnement urbain au même titre qu’un tramway.

L’attention du conducteur d’un tramway est fortement sollicitée en environnement urbain, ce qui peut entraîner une surcharge cognitive conduisant à l’oubli d’activation du dispositif de veille. Ces freinages d’urgence conduisent à un certain nombre de chutes de voyageurs dans la rame alors qu’aucun danger imminent n’est avéré.

Ce guide regroupe les exigences de conception du système de veille, et préconise des valeurs de temporisation et des performances de freinage permettant de limiter la gravité des conséquences d’un freinage issu de l’absence d’activation du dispositif de veille.

Source : STRMTG – Publication Guide Fonction de veille des tramways – Gart

Les acteurs du transport public se mobilisent pour la mobilité des Français – Gart

À l’issue des États généraux de la mobilité durable qui ont résulté de six mois de consultation nationale, le GART, la Fédération nationale des associations d’usagers des transports, la Fédération nationale des transports de voyageurs, Régions de France, le think tank Transport développement intermodalité environnement et l’Union des transports publics et ferroviaires, ont rendu publiques leurs 70 recommandations pour la mobilité de tous les Français. Par cette initiative commune, une volonté de permettre à tous les citoyens d’accéder à un droit indispensable : le droit à la mobilité.

Source : Les acteurs du transport public se mobilisent pour la mobilité des Français – Gart

Autocars Macron : le profil et le comportement des voyageurs décryptés

L’Arafer a publié, le 6 janvier 2017, sa première enquête sur les pratiques de mobilité des voyageurs des autocars Macron. Les résultats montrent que les services librement organisés (SLO) ont permis de créer une demande nouvelle de transport, même si sur un an l’autocar longue distance aurait pris 1,9 million de voyageurs au train et 1,3 million au covoiturage.

Source : Autocars Macron : le profil et le comportement des voyageurs décryptés

Un état du marché du bus électrique en Europe

Le programme ZeEUS a publié une enquête sur le bus électrique en Europe. Cette étude présente les tendances du marché, un descriptif des 27 constructeurs mondiaux présents sur ce segment ainsi que des modèles de bus actuellement testés dans plus de 60 villes en Europe.

Source : Un état du marché du bus électrique en Europe

Seulement 2% des actifs se rendent à leur travail en vélo

L’Insee a publié, le 17 janvier 2017, un document synthétique sur la pratique du vélo dans les trajets domicile-travail. La part modale de la bicyclette reste marginale à l’exception de quelques grands agglos comme Strasbourg, Grenoble ou Bordeaux. La veille, le Club des villes et territoires cyclables a publié ses pistes pour développer la pratique du vélo, de quoi inspirer les candidats à la présidentielle.

Source : Seulement 2% des actifs se rendent à leur travail en vélo

EMD, EDGT, EDVM : plus de 150 enquêtes réalisées depuis 1976 !

Géographie, historique et chiffres-clefs des enquêtes ménages-déplacements

En 2015, 90 territoires français étaient couverts par une enquête ménages déplacements (EMD), une enquête ménages déplacements villes moyennes (EDVM) ou une enquête déplacements grand territoire (EDGT). Cela représente 30% de la superficie nationale, 40% des communes et 70% de la population du pays.

Source : EMD, EDGT, EDVM : plus de 150 enquêtes réalisées depuis 1976 ! – Cerema Territoires et ville

Nouveaux modes de travail et enjeux de mobilité

L’Île-de-France, grande région métropolitaine, représente plus de 6 millions d’emplois. Chaque jour plus de 41 millions de déplacements se font dont 12 millions pour des déplacements domicile-travail. En dépit d’une trame viaire exceptionnellement dense, la mobilité francilienne est proche de la saturation. Les projets de développement des réseaux de transports, en particulier le réseau express du Grand Paris, vont fluidifier certains trajets. Mais des solutions sont également à trouver dans l’aménagement et l’organisation des territoires. C’est pourquoi cette étude porte un regard croisé sur les nouveaux modes de travail et sur les tendances récentes de mobilité afin d’en cerner les impacts sur l’organisation spatiale et les temporalités.

La crise et le numérique transforment le travail

En effet, les modes de travail se transforment (flexibilité des contrats et des horaires, travail indépendant, multi-activité) et de nouvelles formes de travail apparaissent (travail nomade, coworking, etc.) portées par des technologies de l’information toujours plus innovantes. En 10 ans, les non-salariés, essentiellement des indépendants ont représenté 40 % des gains d’emplois en Île-de-France. Les lieux d’emplois se multiplient : le nombre d’actifs ayant deux ou plusieurs lieux de travail fixe et habituel a presque doublé en 10 ans. Les horaires de travail se diversifient, temps partiel de courte durée pour certains actifs, dépassement des horaires pour d’autres. Par ailleurs, la composition de la population active évolue, sous l’effet du vieillissement de la population, du prolongement des études ou encore de la progression des femmes sur le marché du travail. Ces évolutions du marché de travail ont des conséquences spatiales et temporelles :

  • La géographie de l’emploi en Île-de-France pourrait être davantage polarisée sur des pôles économiques en développement, et en même temps plus dispersée avec plus de travail à domicile, plus de tiers-lieux situés à proximité de ce domicile, plus de travail chez des particuliers, ou à proximité des zones de résidence.
  • Ces évolutions participent fortement à une tendance majeure : la complexification et la désynchronisation des grands temps sociaux qui rythmaient la vie collective de l’Île-de-France et son organisation spatiale.

Des solutions adaptées à la diversité des territoires et des Franciliens

Parallèlement, les préoccupations environnementales et la saturation des réseaux de transport tant routiers que collectifs génèrent un changement des pratiques de mobilités. La place de la voiture diminue, les modes actifs (marche, vélo…) se développent à Paris et en petite couronne, les déplacements domicile-travail se font plus tardifs, le partage de véhicules se développe. L’étude identifie plusieurs types d’actions possibles dont les tiers-lieux (espaces de coworking et de télétravail), pour lesquels la Région Île-de-France a le projet de créer un réseau régional de « 1000 tiers-lieux à l’horizon 2021 ». D’autres recommandations sont proposées comme la mise en place d’une gestion territoriale des horaires, le développement du partage de véhicule, la promotion des transports en commun à la demande, etc.

Source : Nouveaux modes de travail et enjeux de mobilité

et rapport complet à Télécharger

Vers une indemnité kilométrique covoiturage ?

Afin d’encourager la pratique du covoiturage, STMicroelectronics a expérimenté le versement d’un « abondement » à ses salariés qui covoiturent.

Source : Vers une indemnité kilométrique covoiturage ?

COVOITICI

Après plus d’un an de recherche et développement, nous avons une solution pour vous
COVOIT’, la station de covoiturage connectée.
Notre station de covoiturage connectée permet :
– de mettre en relation les passagers et les conducteurs,
– d’organiser le paiement et de sécuriser le covoiturage,
– d’institutionnaliser et d’officialiser cette nouvelle pratique.
Le passager va prendre un covoiturage, comme s’il allait prendre le bus. Le conducteur conduit normalement, sans aucune anticipation. Les deux peuvent covoiturer simplement.
Connectée, la station de covoiturage communique avec la plateforme ecov, avec les véhicules connectés, les smartphones, les systèmes d’information multimodaux. La station de covoiturage est l’élément visible d’un environnement numérique complet, dédié au covoiturage.
La station de covoiturage peut être déployée en une journée. Elle est légère et demande peu d’aménagement. Elle s’adapte aux différents besoins et différents cas de figure.
Source : COVOITICI