Rapport annuel fréquentation stations ski du monde

Laurent Vanat est un généraliste qui sait aussi se transformer rapidement en spécialiste.

Publication pertinente : 2017 International Report on Snow & Mountain Tourism – Overview of the key industry figures for ski resorts. This document, the worldwide acknowledged reference in the industry, features global market data and summary reports about the 67 countries in the world offering equipped outdoor ski areas covered with snow. Downolad the full report in English (13.7 Mo).

Source : Laurent Vanat consultant

Autocars Macron : le profil et le comportement des voyageurs décryptés

L’Arafer a publié, le 6 janvier 2017, sa première enquête sur les pratiques de mobilité des voyageurs des autocars Macron. Les résultats montrent que les services librement organisés (SLO) ont permis de créer une demande nouvelle de transport, même si sur un an l’autocar longue distance aurait pris 1,9 million de voyageurs au train et 1,3 million au covoiturage.

Source : Autocars Macron : le profil et le comportement des voyageurs décryptés

Le téléphérique de Brest à nouveau en panne

Le téléphérique de Brest a bien repris du service, le 5 janvier 2017, après un arrêt technique de plus d’un mois. Mais le 8 janvier, le téléphérique était à nouveau à l’arrêt en raison d’une panne du système informatique. Keolis Brest annonce sa remise en service le 10 janvier à 12h00.

 

Ce mode de transport propre, d’un coût de 19 millions d’euros, est doté de deux nacelles pouvant embarquer chacune jusqu’à 60 passagers pour un trajet de 420 mètres réalisé en moins de 3 minutes.

Source : Le téléphérique de Brest à nouveau en panne

Nouveaux modes de travail et enjeux de mobilité

L’Île-de-France, grande région métropolitaine, représente plus de 6 millions d’emplois. Chaque jour plus de 41 millions de déplacements se font dont 12 millions pour des déplacements domicile-travail. En dépit d’une trame viaire exceptionnellement dense, la mobilité francilienne est proche de la saturation. Les projets de développement des réseaux de transports, en particulier le réseau express du Grand Paris, vont fluidifier certains trajets. Mais des solutions sont également à trouver dans l’aménagement et l’organisation des territoires. C’est pourquoi cette étude porte un regard croisé sur les nouveaux modes de travail et sur les tendances récentes de mobilité afin d’en cerner les impacts sur l’organisation spatiale et les temporalités.

La crise et le numérique transforment le travail

En effet, les modes de travail se transforment (flexibilité des contrats et des horaires, travail indépendant, multi-activité) et de nouvelles formes de travail apparaissent (travail nomade, coworking, etc.) portées par des technologies de l’information toujours plus innovantes. En 10 ans, les non-salariés, essentiellement des indépendants ont représenté 40 % des gains d’emplois en Île-de-France. Les lieux d’emplois se multiplient : le nombre d’actifs ayant deux ou plusieurs lieux de travail fixe et habituel a presque doublé en 10 ans. Les horaires de travail se diversifient, temps partiel de courte durée pour certains actifs, dépassement des horaires pour d’autres. Par ailleurs, la composition de la population active évolue, sous l’effet du vieillissement de la population, du prolongement des études ou encore de la progression des femmes sur le marché du travail. Ces évolutions du marché de travail ont des conséquences spatiales et temporelles :

  • La géographie de l’emploi en Île-de-France pourrait être davantage polarisée sur des pôles économiques en développement, et en même temps plus dispersée avec plus de travail à domicile, plus de tiers-lieux situés à proximité de ce domicile, plus de travail chez des particuliers, ou à proximité des zones de résidence.
  • Ces évolutions participent fortement à une tendance majeure : la complexification et la désynchronisation des grands temps sociaux qui rythmaient la vie collective de l’Île-de-France et son organisation spatiale.

Des solutions adaptées à la diversité des territoires et des Franciliens

Parallèlement, les préoccupations environnementales et la saturation des réseaux de transport tant routiers que collectifs génèrent un changement des pratiques de mobilités. La place de la voiture diminue, les modes actifs (marche, vélo…) se développent à Paris et en petite couronne, les déplacements domicile-travail se font plus tardifs, le partage de véhicules se développe. L’étude identifie plusieurs types d’actions possibles dont les tiers-lieux (espaces de coworking et de télétravail), pour lesquels la Région Île-de-France a le projet de créer un réseau régional de « 1000 tiers-lieux à l’horizon 2021 ». D’autres recommandations sont proposées comme la mise en place d’une gestion territoriale des horaires, le développement du partage de véhicule, la promotion des transports en commun à la demande, etc.

Source : Nouveaux modes de travail et enjeux de mobilité

et rapport complet à Télécharger

Vers une indemnité kilométrique covoiturage ?

Afin d’encourager la pratique du covoiturage, STMicroelectronics a expérimenté le versement d’un « abondement » à ses salariés qui covoiturent.

Source : Vers une indemnité kilométrique covoiturage ?

Poma décroche le marché du téléphérique toulousain

Tisséo, le syndicat mixte des transports en commun de Toulouse Métropole, attribue le marché du téléphérique urbain sud (TUS) à un groupement conduit par le spécialiste isérois des système

Source : Poma décroche le marché du téléphérique toulousain – Transport et infrastructures

100 % des habitants proches des transports en commun à Paris… mais pas en banlieue

La capitale française est au premier rang de l’étude d’une ONG sur l’équipement en transports rapides dans 26 grandes métropoles.

Si vous habitez Paris, vous êtes assurés à 100 % d’accéder près de chez vous à un transport en commun : métro, tram, bus disposant d’un couloir de circulation dédié… La capitale française arrive en tête d’un classement réalisé par l’Institute for Transportation and Development Policy (ITDP). Dans un rapport, publié mardi 11 octobre, cet organisme spécialisé dans les transports en commun a recensé dans 26 métropoles mondiales le nombre de personnes habitant à moins d’un kilomètre d’un réseau « efficace », c’est-à-dire rapide, fréquent, avec des arrêts rapprochés.

Uber lance ses véhicules autonomes à Pittsburgh

L’industrie naissante de l’automobile autonome va franchir un cap décisif dès la fin du mois. Uber va proposer à ses utilisateurs de Pittsburgh de monter dans des voitures “sans chauffeur“, et de se laisser conduire entièrement par le véhicule sans l’aide d’un humain. Une première pour ce secteur bouillonnant, qui jusqu’à présent se contentait d’avaler les kilomètres à bord de voitures de test, sans visée commerciale.

Source : Uber lance ses véhicules autonomes à Pittsburgh

et : Uber’s First Self-Driving Fleet Arrives in Pittsburgh This Month

Les piétons smartphone à la main : une situation à risques

Un jeune sur cinq, les yeux rivés sur son smartphone, a déjà frôlé la collision avec un deux-roues ou un véhicule, selon une étude publiée mardi.

Source : Les piétons smartphone à la main : une situation à risques

Voir aussi : Le nez sur le smartphone, les piétons se mettent en danger et Dekra : rapport 2015.

Le « stationnement intelligent » était une idée stupide

Le « stationnement intelligent » était une idée stupide

« Un système innovant, facteur d’améliorations, et rentable, plutôt qu’un vieux système obsolète ». Les mots ne sont jamais assez beaux pour qualifier une invention certes un peu coûteuse, mais tellement innovante ! La phrase ci-dessus a été prononcée par Christian Estrosi, maire (LR) de Nice, le 11 mars 2013, lors de l’inauguration du « stationnement intelligent », un système vertueux qui faisait la fierté des élus de la Côte d’Azur.

Le retour des vieux horodateurs. Las, le « stationnement intelligent » (ici sur le site de la ville), qui a coûté 10 millions d’euros,a été abandonné, sans autres explications. Les horodateurs ad hoc installés d’abord dans un secteur puis sur l’ensemble du territoire de la ville, ne fonctionnent plus depuis le 1er mai, rapporte le quotidien Nice Matin. La Semiacs, société d’économie mixte chargée du stationnement à Nice, a voté sa suspension le 18 avril. Les vieux horodateurs ont repris du service, en catimini.

Source : Le « stationnement intelligent » était une idée stupide