Lyon : LPA lance une appli de stationnement avec paiement dématérialisé

LPA Parking est une appli mobile tout-en-un qui permet de trouver une place disponible et de payer son stationnement dans les parkings gérés par Lyon Parc Auto. Une fluidification du parcours client qui nécessite un mobile NFC pour le paiement dématérialisé.

Source : Lyon : LPA lance une appli de stationnement avec paiement dématérialisé

Le « stationnement intelligent » était une idée stupide

Le « stationnement intelligent » était une idée stupide

« Un système innovant, facteur d’améliorations, et rentable, plutôt qu’un vieux système obsolète ». Les mots ne sont jamais assez beaux pour qualifier une invention certes un peu coûteuse, mais tellement innovante ! La phrase ci-dessus a été prononcée par Christian Estrosi, maire (LR) de Nice, le 11 mars 2013, lors de l’inauguration du « stationnement intelligent », un système vertueux qui faisait la fierté des élus de la Côte d’Azur.

Le retour des vieux horodateurs. Las, le « stationnement intelligent » (ici sur le site de la ville), qui a coûté 10 millions d’euros,a été abandonné, sans autres explications. Les horodateurs ad hoc installés d’abord dans un secteur puis sur l’ensemble du territoire de la ville, ne fonctionnent plus depuis le 1er mai, rapporte le quotidien Nice Matin. La Semiacs, société d’économie mixte chargée du stationnement à Nice, a voté sa suspension le 18 avril. Les vieux horodateurs ont repris du service, en catimini.

Source : Le « stationnement intelligent » était une idée stupide

Saemes, premier opérateur de parkings à ouvrir ses données

L’opérateur de stationnement en Île-de-France annonce l’ouverture de ses données. Saemes s’est associé à OpenDataSoft qui travaille notamment avec Keolis. L’exploitant de parkings espère ainsi bénéficier de services innovants pour ses clients et intégrer à terme des applications de mobilité qui proposeront son offre.

Source : Saemes, premier opérateur de parkings à ouvrir ses données

Voir aussi : Communiqué de presse et site dédié.

Citroën offre le parking à ses nouveaux clients parisiens

Le constructeur automobile va proposer, avec le service d’autopartage Tripndrive, de prendre en charge le coût du parking de ses nouveaux clients en échange de la location de leur véhicule. En outre, cette expérimentation limitée à trois succursales parisiennes permettra au propriétaire d’être rémunéré deux fois plus par kilomètre effectué que l’offre classique de la start-up.

Source : Citroën offre le parking à ses nouveaux clients parisiens

Parking Basics

Parking is a mystery. Many public agencies push for more parking in buildings, but, rather than alleviating the parking problem, it leads to massive traffic jams, severe air pollution, and more road deaths. Under the illusion that density creates congestion, public agencies also control building density. However, it is parking, not density, that creates traffic congestion. Excessive parking supply that is cheap or free induces people to use personal motor vehicles—even when good public transport is provided.

Cities across the world are now realizing their past follies. They now follow a simple mantra— add transit, build density, cut parking. Put another way, where there is good connectivity to mass rapid transit, building density is welcome but parking supply is not. Parking fees are pegged to parking demand—when demand increases, fees also increases. Revenue generated this way is used to build complete streets—with better walking and cycling infrastructure—and expand public transport.

Parking Basics outlines these key principles and steps involved in managing on-street parking and regulating off-street parking.

Source : Parking Basics – Institute for Transportation and Development Policy

Lien direct vers le document.

La réforme du stationnement repoussée à 2018

La réforme du stationnement, qui devait entrer en vigueur au 1er octobre 2016, est repoussée au 1er janvier 2018, après les présidentielles. La mission interministérielle chargée de la mettre en œuvre explique ce report par des difficultés techniques.

Source : La réforme du stationnement repoussée à 2018

La Sanef va analyser le taux d’occupation des véhicules sur l’A14

Le groupe japonais Nec et la société d’autoroute Sanef vont tester, à partir de novembre 2015, un système de comptage automatisé du nombre de passagers par voiture. Cette expérimentation sera menée au péage de Montesson sur l’A14. L’objectif ? Connaître le taux d’occupation des véhicules afin de développer des mesures favorisant le covoiturage.

Source : La Sanef va analyser le taux d’occupation des véhicules sur l’A14

L’UTP esquisse des pistes pour enrayer le tassement du trafic dans les transports publics

Lors des Rencontres nationales du transport public, le président de l’UTP, Jean-Pierre Farandou, a annoncé que la baisse de l’offre de transport public – un phénomène jamais vu dans le secteur – avait entraîné un tassement du trafic… qui pourrait conduire à revoir l’offre. Face à cette spirale, celui-ci a esquissé les recettes et économies réalisables si toutes les parties prenantes s’impliquent – opérateurs, élus, pouvoirs publics, usagers.

Extrait :

En outre, augmenter la vitesse commerciale des bus représente une source non négligeable d’économies. En effet, créer des voies réservées permet d’augmenter cette vitesse commerciale de 30%, de 17 à 22 km/h. Une meilleure attractivité qui permettrait, selon lui, d’augmenter le trafic de 15% (et les recettes) et de baisser les dépenses : des bus plus rapides impliquent que l’opérateur a besoin de moins de véhicules et de conducteurs pour assurer le même service.

Source : L’UTP esquisse des pistes pour enrayer le tassement du trafic dans les transports publics

Partagé ou prédictif : de nouvelles solutions de stationnement

À l’occasion du PARK(ing) DAY, les 18 et 20 septembre prochains, les citoyens du monde entier sont invités à s’approprier les emplacements de stationnement payants dans leurs villes pour les transformer en lieux de création et de convivialité. Par ce biais, les organisateurs de la journée cherchent à stimuler une réflexion autour de la ville de demain. Parallèlement à ce type d’initiatives, industriels et start-ups s’activent pour apporter des solutions au problème récurrent du stationnement urbain.

En partenariat avec le bailleur Paris Habitat OPH, le géant de la mobilité Vinci ouvre les parcs de stationnement de trois immeubles de la capitale au co-stationnement.

Source : mobilite-durable.org

Utrecht construit le plus grand parking vélo au monde

Après avoir inventé le ‘vélo-stop’, la ville d’Utrecht va à nouveau vivre une innovation pour les cyclistes : elle prévoit la construction du plus grand parking vélo au monde, qui pourra accueillir 12 500 vélos ! La ville espère ainsi mettre un frein au stationnement sauvage des vélos autour de la gare centrale. Chaque jour, quelques 100 000 habitants d’Utrecht utilisent leur vélo dans le centre ville. Dans ce nouveau bâtiment, les cyclistes pourront, comme les automobilistes dans un parking classique, se garer à différents étages.

 

Source : Utrecht construit le plus grand parking vélo au monde – Art & Culture – Holland.com

It’s amazing how many more commuters would drive less if they didn’t get free parking

The lure of the space overwhelms almost all other commuter benefits.

Via : citylab.com et paristechreview.com

Que ce passe-t-il quand un quartier décide de bannir la voiture pendant un mois ?

Il y a 2 ans, un quartier de Suwon, une grande ville de Corée du Sud, s’est lancé dans une expérience sans voiture d’un mois, rapporte FastCoExist. L’initiative – baptisée le festival de l’écomobilité – lancée par Konrad Otto-Zimmermann, directeur créatif du cabinet l’idée urbaine, permet aux citoyens de mieux envisager ce que serait leur ville sans voiture, en le vivant concrètement.

Le processus de production de l’événement a pris lui-même 2 ans. En septembre 2013, 1500 voitures ont été déplacées et garées en dehors du quartier. 400 vélo ont été livrés et des navettes très régulières ont été mises en place pour aider les gens à rejoindre les parkings. Le quartier a été transformé avec des sièges et des bancs, les bars et restaurants ont élargis leurs terrasses… La durée de l’expérience avait pour but de casser les routines des habitants et de prendre le pouls de la valeur de l’amélioration obtenue. Certaines des améliorations, comme l’élargissement des trottoirs, l’installation de mini-parcs ont été prolongées au-delà de l’événement, certaines déviations maintenues et la vitesse réduite. Un jour par mois, le quartier demeure sans voitures.

Reste que le coût de l’expérience (10 millions de dollars dont l’essentiel est allé à l’aménagement de la voirie) est tout de même important. Un livre a été éditépour raconter l’expérience. Cet automne, Otto-Zimmerman va répéter l’expérience dans un quartier de Johannesburg en Afrique du Sud et une autre ville devrait suivre.

Via : à lire ailleurs