La cartographie, alliée de la mobilité durable

La carte routière en papier a vécu. Elle est encore utilisée mais la carte numérique l’a remplacée dans de nombreux cas. En changeant de support, la cartographie a surtout permis de répandre son usage dans notre quotidien. Sur internet, sur application mobile ou dans une voiture, ces cartes permettent aujourd’hui de se déplacer plus efficacement…Elles peuvent devenir également un outil indispensable pour qui souhaite réduire son empreinte carbone. En effet, de nos jours, les cartes peuvent nous éviter de gaspiller du carburant pour trouver une place de parking, améliorer le fonctionnement des moteurs hybrides ou inciter chacun à utiliser des modes de transports plus doux comme la marche à pied ou le vélo.Enfin, la cartographie tient de plus en plus un rôle social, particulièrement bienvenue dans les pays en voie de développement.

Source : La cartographie, alliée de la mobilité durable

Partagé ou prédictif : de nouvelles solutions de stationnement

À l’occasion du PARK(ing) DAY, les 18 et 20 septembre prochains, les citoyens du monde entier sont invités à s’approprier les emplacements de stationnement payants dans leurs villes pour les transformer en lieux de création et de convivialité. Par ce biais, les organisateurs de la journée cherchent à stimuler une réflexion autour de la ville de demain. Parallèlement à ce type d’initiatives, industriels et start-ups s’activent pour apporter des solutions au problème récurrent du stationnement urbain.

En partenariat avec le bailleur Paris Habitat OPH, le géant de la mobilité Vinci ouvre les parcs de stationnement de trois immeubles de la capitale au co-stationnement.

Source : mobilite-durable.org

Bus Rapid Transit in Europe

EuroTransport has recently showcased1 several Bus Rapid Transit (BRT) systems in the UK along with the success of Keolis in introducing BRT in their areas of operation. The bigger question is; does BRT also work for the rest of Europe? To find out, Public Transport Industry Expert Graham Ellis has been looking at the BRT picture across Europe.

Source : Bus Rapid Transit in Europe

Les chiffres qui expliquent pourquoi Uber cartonne (quand même)

Un carton. Malgré les (ou grâce aux) diatribes, mises en demeure, grèves et autres blocages, Uber s’est imposé en quelques années comme un acteur majeur du secteur des transports. Plus personne n’ignore désormais le nom de la start-up californienne, et le mot « uberisation » est en passe de remplacer, dans le dictionnaire mental, l’expression « concurrence exercée à l’encontre d’une profession protégée ».

Source : L’interconnexion n’est plus assurée.

Le planification de la mobilité urbaine en France

Description des pratiques actuelles de planification de la mobilité.

Avec des liens vers les répartitions modales de plusieurs villes françaises (carte en bas de page) ou européenne (Espagne, Allemagne, etc.)

Source : ENDURANCE :: Countries/Cities

Voir également : ENDURANCE : Construire des réseaux nationaux qui durent

La principale tâche des Points focaux nationaux (NFPs en anglais) du projet ENDURANCE est de créer des réseaux sur les SUMP sur le long terme, pour encourager et soutenir les collectivités locales dans l’élaboration et la mise en œuvre de plans de mobilité urbaine durable (SUMP en anglais). Ces réseaux encouragent le développement et le soutien d’une politique nationale pour les SUMP, facilitent l’échange de connaissance au niveau national, fournissent de l’information et de la formation dans leur langue nationale. Chaque NFP adapte la structure et le contenu de son réseau à sa propre situation nationale. Cet e-update est l’occasion de présenter les solutions variées qu’ils ont mis en œuvre et de partager leurs premiers succès avec vous.

Transport régional : premiers éléments de réflexion sur la pertinence des modes fer et route pour des dessertes régionales

Ce rapport présente les résultats d’une étude, essentiellement bibliographique, menée par la Direction territoriale Nord-Picardie (DterNP) sur la comparaison des modes ferrés et routiers pour le service de transport régional de voyageurs. Cette comparaison est conduite principalement sous l’angle du niveau et de l’attractivité du service ; des coûts ; de l’impact environnemental.

Cette comparaison utilise des données issues du recueil bibliographique. Ces données se révèlent encore fragmentaires et/ou difficilement transposables en dehors du contexte dans lequel elles ont été produites ou collectées.

Rapport, via CEREMA

 

Vélo-boulot… crescendo : voici comment vous inciter à sauter le pas

Seuls 2% des Français vont chaque jour au travail à biclou. Comment faire gonfler ce chiffre ? En généralisant l’indemnité vélo ? En installant douches et vestiaires ? Petit tour d’horizon des solutions déjà existantes.

Source : terraeco.net

Vélo-cargo : le phénomène déferle sur la France

Le triporteur fait son grand retour. Plus moderne, plus polyvalent, on l’appelle désormais vélo-cargo. Ce vélo utilitaire a déjà séduit l’Europe du nord et connaît un succès croissant dans d’autres pays.Plébiscité pour ses aspects pratiques, écologiques et économiques, le vélo-cargo est décliné sous différentes formes et peut répondre à de nombreux besoins. Du modèle confortable à usage familial à la version sportive pour le coursiers urbains, les vélos-cargos peuvent facilement remplacer une voiture ou un utilitaire pour de courtes distances.

 

Source : Vélo-cargo : le phénomène déferle sur la France

Ce que les transports révèlent de notre société

Les flux des passagers qui empruntent les transports chaque jour produisent des données utiles pour les opérateurs et les politiques publiques. Lorsqu’on les met en perspective, on s’aperçoit qu’elles peuvent également révéler les inégalités existantes au sein des territoires. Pas étonnant qu’elles deviennent des sources d’inspiration pour qui souhaitent dévoiler ces disparités.

 

Source : Ce que les transports révèlent de notre société

La logistique verte au service du transport de marchandises

Le fret de marchandises en ville reste un important facteur de pollution et de congestion. Pas étonnant donc qu’au SITL 2015, on s’interroge sur la meilleure façon de rendre la logistique davantage durable. Revue des initiatives à retenir.

 

Source : La logistique verte au service du transport de marchandises

Le contrat d’exploitation du réseau TCL – SYTRAL

Le SYTRAL confie l’exploitation du réseau TCL à une société privée qui est titulaire du contrat de délégation de service public (DSP) et qui emploie les 4 500 agents du réseau. Ce contrat représente un montant de près de 2 milliards d’euros pour 6 ans, soit plus d’un million d’euros par jour.

Raymond Deschamps, directeur général du SYTRAL, nous explique les mécanismes de ce contrat unique et complexe, le plus important de France. Coût, contrôles, bonus, malus : un décryptage limpide en 4 minutes !

Source : Le contrat d’exploitation du réseau TCL | Mobiles

Qualité de service dans les transports collectifs urbains – Quelle prise en compte dans les contrats ?

La qualité de service dans les transports publics urbains est un sujet qui suscite de nombreuses attentes.
Les autorités organisatrices de mobilité et les exploitants ont bien conscience de l’importance de la qualité de service pour les usagers et développent des démarches ambitieuses, notamment dans le cadre de leurs conventions d’exploitation.
Après un rappel des enjeux et des contextes normatifs et réglementaires, cet ouvrage propose un panorama des engagements sur la qualité de service contenus dans les conventions d’exploitations actuelles et identifie les limites, enjeux et questionnements lors de la mise en œuvre de ces engagements. L’analyse se base sur l’étude de 32 contrats complétée par des entretiens réalisés auprès de différents acteurs de réseaux variés.
Cet ouvrage s’adresse aux acteurs concernés par la question de la qualité de service, au premier lieu desquels les autorités organisatrices de mobilité. Il pourra également intéresser les bureaux d’études intervenant en tant qu’assistance à maîtrise d’ouvrage, les usagers et leurs représentants, les représentants du personnel d’exploitation ainsi que tous les acteurs publics ou privés intéressés par la mobilité.

 

Source : Qualité de service dans les transports collectifs urbains – Quelle prise en compte dans les contrats ? Catalogue du CEREMA, Centre d’Etudes et d’expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement.

Le schéma directeur d’accessibilité des transports SDA – Agenda d’accessibilité programmée ADAP : Guide méthodologique d’élaboration – CEREMA

La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées pose deux grands principes qui sont la prise en compte de l’ensemble des personnes à mobilité réduite (PMR) et la continuité de la chaîne de déplacement (cadre bâti, voirie et espace public, transport).
Le transport constitue l’un des maillons essentiels de la chaîne de déplacement et a fait l’objet d’une attention particulière dans le cadre de la loi du 11 février 2005 avec l’obligation de planifier (au travers des schémas directeurs d’accessibilité – SDA) et d’assurer la mise en accessibilité de la totalité des services de transport dans un délai de dix ans.
Malgré les efforts déployés par les acteurs du transport et notamment les autorités organisatrices, les objectifs fixés par la loi n’ont pas pu être atteints avant le 13 février 2015. Aussi, la loi du 11 février 2005 a été modifiée par l’ordonnance du 26 septembre 2014 qui donne la possibilité aux AOT de poursuivre la mise en accessibilité de leurs réseaux en toute légalité en élaborant un schéma directeur d’accessibilité – agenda d’accessibilité programmée à déposer avant le 27 septembre 2015.
Le présent guide méthodologique est un support à l’attention des chargés de mission accessibilité au sein des autorités organisatrices du transport. Dans un premier temps, il rappelle le contexte réglementaire et s’attache à décrypter les nouveaux textes de loi (ordonnance et décrets) permettant au lecteur de mieux les appréhender ; dans un second temps, il décrit la démarche de SDA-Ad’AP étape par étape et l’illustre au travers d’exemples tirés d’entretiens menés avec des AOT.

 

Lien vers catalogue du CEREMA, Centre d’Etudes et d’expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement.

Le Gart a décortiqué l’intermodalité vélo-transports collectifs

A travers des exemples de plusieurs agglomérations et régions, le Groupement des autorités responsables de transport (Gart) recense les bonnes pratiques en matière d’intermodalité vélos-transports collectifs. Dans son étude, l’association d’élus insiste notamment sur les relations entre les acteurs institutionnels, parties prenantes du déploiement de ces actions.

Source : Le Gart a décortiqué l’intermodalité vélo-transports collectifs

Voir également : site du GART pour l’étude : les pratiques d’intermodalité vélo-transports collectifs

Et les Cahiers du GART n°12 : Le vélo au service de l’intermodalité (pdf)

Mai 2015. Le développement du vélo participe à la mise en oeuvre de politiques de mobilité durable efficaces visant à améliorer la qualité de l’air et à lutter contre le changement climatique.Il permet également de rééquilibrer le partage de la voirie au profit des modes non motorisés, de développer des solutions de mobilité à un coût soutenable, de satisfaire au principe du « droit à la mobilité » et, enfin, d’améliorer la santé publique.C’est dans une chaîne multimodale de déplacements que le potentiel du vélo est le plus important. C’est la raison pour laquelle les collectivités instituent de plus en plus fréquemment des politiques qui encouragent les pratiques intermodales, associant le vélo et les transports collectifs : voirie cyclable et services vélos connectés avec l’offre de transports, stationnements vélos sécurisés aux abords des stations de transports collectifs,information multimodale, support billettique commun, tarification combinée, embarquement des vélos, etc.Par ailleurs, la loi du 27 janvier 2014 de Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) a consacré le passage d’une approche transports à une approche mobilités en transformant les Autorités organisatrices de transports urbains (AOTU) en Autorités organisatrices de la mobilité (AOM). Désormais, l’AOM a en charge l’organisation d’une alternative globale à l’autosolisme, qui comprend la gestion des transports collectifs, mais aussi le développement de tous les autres modes et usages alternatifs.Il est de son ressort de les rendre complémentaires et de les interconnecter au mieux pour renforcer leur efficacité. De plus, cette loi a institué les Schémas régionaux de l’intermodalité (SRI), qui devront prendre en compte le vélo comme composante à part entière de l’offre de mobilité développée par les collectivités locales.C’est dans ce contexte que le GART a décidé de mener une étude sur le déploiement de l’intermodalité vélo-transports collectifs, dont ce numéro des Cahiers livre de larges extraits. Ce travail vise à analyser les actions mises en oeuvre par les collectivités pour mieux lier l’usage du vélo et des transports collectifs, et à identifier les facteurs jouant en faveur de ces actions, ou leur faisant obstacle.

When Are Bus Lanes Warranted? Considering Economic Efficiency, Social Equity and Strategic Planning Goals

This report describes a framework for determining when bus lanes are warranted. Bus lanes increase urban transport system efficiency and equity by favoring higher value trips and more space-efficient modes over lower-value trips and space-intensive modes. Bus lanes can carry more passengers than general traffic lanes, and so increase total capacity (people per traffic lane), increase transit system operating efficiency, directly benefit bus passengers, cause travelers to shift from automobile to transit which reduces various transportation problems, and support more transit-oriented development. This paper examines how these impacts are considered in conventional planning, describes examples of bus lane planning and evaluation, and discusses ways to optimize their implementation. This analysis suggests that bus lanes are generally warranted where, after all economically justified pro-transit policies are implemented, they would attract more than 800 peak-hour passengers (about 20 buses) on surface streets or 1,800 peak-hour passengers (about 40 buses) on grade-separated highways, since they carry more passengers than a general traffic lane, and so save total travel time. Bus lanes are often justified with even lower ridership levels, due to the additional indirect benefits provided by reduced urban-peak automobile travel. Comprehensive evaluation can justify extensive bus lane networks in most cities, particularly rapidly-growing cities in developing countries.

Via :  Victoria Transport Policy Institute

For an application of this analysis see, “The Case For Bus-Only Lanes on Georgia Street: An Observational Study” (http://bit.ly/1NlTHxI )